Le pèlerinage à la Mecque fait partie des cinq piliers de l’islam. C’est une obligation pour toute personne étant en bonne santé et ayant les moyens d’entreprendre le voyage. Le Hajj, revêt une importance particulière dans la vie du musulman. Une sourate entière lui est consacrée dans le Coran. Dans le verset 26 de la sourate 22, Allah (swt) nous dit : « Et quand Nous indiquâmes pour Abraham le lieu de la Maison (la Kaaba) [en lui disant], Ne M’associe rien ; et purifie Ma Maison pour ceux qui tournent autour, pour ceux qui s’y tiennent debout et pour ceux qui s’y inclinent et se prosternent). » C’est tout l’aspect historique et symbolique de ce lieu qui est mis en exergue dans cette seule sourate. Il existe dans l’islam et dans tous les actes liés à l’application de ses préceptes, une réalité cachée souvent méconnue des non-initiés.La réalité cachée des actes symboliques du Hajj

Pour le musulman qui voudrait effectuer le pèlerinage, il est primordial et nécessaire d’en formuler l’intention. Le pèlerinage renferme des étapes importantes qui cachent une haqiqa, une réalité cachée qu’il serait bon de détailler et, de mettre ces informations à disposition des pèlerins qui souhaiteraient accomplir ce pilier de l’islam.

Trois étapes sont à retenir dans le pèlerinage.

Le jour d’Arafat

Ce jour est très important dans l’organisation du Hajj. En effet, c’est à partir de cet instant que l’on détermine si le pèlerinage a été ou non agréé par Allah (swt). 124 000 anges disposés en cercle, descendent du ciel et viennent surplomber la plaine d’Arafat sous l’ordre d’Allah (swt). Chacun de ces anges est accompagné à sa droite de l’âme d’un des 124 000 prophètes. A 14h GMT, le pôle de l’époque (ou le Qutbu Zamane) dirige une prière bien spéciale. Seules les âmes qui auront reçu l’agrément divin pourront participer à cette prière qui ne peut être perçue que par ceux qui détiennent la vision intérieure (ou le Bâtine). Cette prière est composée de deux raakas. Dans la première raaka, la qutbu zaman y récite la Fatiha et la sourate Al Baqara.  Dans la deuxième raaka, il y récite la sourate Al Fatiha et la sourate Al Hajj.

Le Tawaf

La deuxième étape cruciale de ce pèlerinage est le tawaf c’est-à-dire la circumambulation autour de la Kaaba. Nous tenons à préciser que deux événements simultanés se produisent lors de cet acte de tawaf. Sur terre, l’enveloppe corporelle poursuit son parcours en faisant le tawaf autour de la Kaaba, alors que son âme est emmenée à Baytil Mahmour (édifice céleste qui se trouve au 5ème ciel), situé dans le monde ghayb (invisible). Cet édifice, dans son prolongement dans le monde chahada rejoint la Kaaba dans son emplacement actuel. A Baytil Mahmour où se trouvent sept rangées d’anges, l’âme du pèlerin y effectue le tawaf dans ce lieu rempli de lumières à l’instar de son corps charnel qui effectue la circumambulation autour de la Kaaba.

La Kaaba est gardée par quatre anges qui se tiennent à chacune de ses extrémités. Ces anges sont en état d’Ihram à la manière des pèlerins, c’est-à-dire qu’ils portent une étoffe blanche et laissent à découvert leur aile gauche et au niveau de leur aile droite, ils ont une sorte de tuyau où passent les lumières issues des prières du monde chahada (monde terrestre) pour atteindre le monde ghayb (monde invisible). Ce passage des lumières vers le ciel se fait sous la supervision du chef des Mafatihul Kunuz (mathématiciens du ciel qui calculent hebdomadairement les lumières de la Kaaba et celles issues des autres actes d’adoration).

A la suite de l’étape du tawaf, la lumière provenant de Baytil Mahmour enveloppe la Kaaba et l’Hadjaratoul Aswad pendant trois jours, et poursuit sa course jusque dans les profondeurs de la terre, jusqu’à atteindre le poisson « nun » qui supporte les sept terres. Cette lumière se répartit en sept branches de couleur différente. Chaque branche de lumière correspond aux zikrs issus des sept cercles composés chacun de dix mille anges, ce qui fait un total de soixante-dix mille anges.

Safa et Marwa

 Nous arrivons à Safa et Marwa dernière étape du parcours. A ce stade du pèlerinage, le pèlerin est guidé par un ange qui se trouve devant lui. La réalité méconnue que renferme cet acte, est que l’ange supporte le pèlerin et l’aide dans sa course entre ces deux lieux saints.

Lors de la lapidation des stèles, la pierre tenue par le pèlerin est en réalité une boule de lumière bénie par le prophète Seydi Ahmad (saw). Cette pierre (boule de lumière en réalité) lancée par le pèlerin est interceptée par un ange qui retire toute la lumière qu’elle contient pour ensuite la renvoyer (cette lumière) dans l’âme du pèlerin. C’est cette lumière qui témoignera en sa faveur le jour du jugement dernier. C’est pour cette raison que durant les quarante premiers jours qui suivent le pèlerinage, le musulman dont le hajj a été agréé voit toutes ses invocations exaucées.

Si on rentre dans la haqiqa (réalité cachée) de l’eau de zam zam, il faut noter qu’elle est déjà bénie et constitue une protection totale contre l’enfer. Dans une quantité de vingt litres d’eau de zam zam par exemple, il y aura toujours l’équivalent d’une tasse de thé de la salive lumineuse du prophète (psl). C’est ce qui lui donne tout son côté mystique.

La véritable histoire du sacrifice d’Abraham et la réalité de l’eau de zam zam

Le Hajj se termine par le sacrifice du mouton. Quelle haqiqa se cache derrière cet événement ? Dieu (swt), souhaitait mettre à l’honneur certaines de ses créatures soit en les mettant face à des épreuves douloureuses, soit en les récompensant sans aucune contrepartie.

Les créatures en question

. Au paradis, non loin du fleuve Salsabil cité dans le coran S76 V18, ondule paisiblement une étendue d’eau lumineuse qui est en réalité un ange créé à partir d’eau et qui fait le zikr du 100ème nom de Dieu appelé Ismoulahil Ahzam.

. L’ange Djibril devait quant à lui, prouver aux yeux de son Seigneur le Créateur qu’il était apte à mener à bien ses missions quelles que soient les contraintes inhérentes à leur accomplissement.

. Le mouton, un animal du paradis était à l’époque inconnu des habitants de la terre. Dieu (swt) avait l’intention de l’offrir comme présent à l’humanité.

. Allah (swt) avait aussi pour objectif d’éprouver le prophète Ibrahim (as) dans sa progéniture car il donnait l’impression d’aimer de manière démesurée son fils Ismaël.

Et par trois fois dans des rêves, Dieu lui fit savoir qu’il devait sacrifier son fils Ismaël, toujours dans la continuité de sa mission. Le prophète Abraham (as) en fit part au concerné qui s’en remit entièrement à la volonté divine.

Le jour du sacrifice arriva. Ibrahim était prêt à appliquer à la lettre le commandement divin. Son fils Ismaël étendu sous l’autel, attendait l’accomplissement de l’acte.

C’est alors que Dieu (swt) demanda à Djibril pour tester sa rapidité et son agilité dans ses mouvements, d’aller chercher le mouton dans son emplacement au paradis, de laver sa tête dans l’eau qui constitue le corps de cet ange qui récite le ismoulahil ahzam, de le présenter à Abraham (as) avant qu’il n’égorge son fils et de ne causer aucun trouble, aucun dégât sur terre en foulant le sol.

C’est la deuxième fois que l’ange Djibril était confronté à une mission si délicate. La première c’était lors de la bataille d’Uhud où Dieu (swt) lui avait ordonné de récupérer la dent cassée du prophète Mouhamad (psl) avant que celle-ci ne touche terre, au risque de provoquer la fin prématurée du monde chahada ou visible.

Le Hajj ne serait pas complet si le pèlerin ne profitait pas des bienfaits de l’eau de zam zam.  A la fin du pèlerinage, les personnes ayant participé au hajj, ramènent dans leurs affaires cette eau si pure qui n’a pas son pareil dans le monde. Qu’a-t-elle de si particulier pour être autant appréciée ?

Si on rentre dans la haqiqa (réalité cachée) de l’eau de zam zam, il faut noter qu’elle est déjà bénie et constitue une protection totale contre l’enfer. Dans une quantité de vingt litres d’eau de zam zam par exemple, il y aura toujours l’équivalent d’une tasse de thé de la salive lumineuse du prophète (psl). C’est ce qui lui donne tout son côté mystique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *